Aux500diables est animé par des affinités artistiques éclectiques, un désir de rencontres improbables, des rendez-vous aventureux et spontanés, éparpillés librement aux quatre coins de la Nouvelle-Aquitaine et ailleurs.

Aux500diables est un kaléidoscope à travers lequel découvrir sous d’autres angles et en d’autres lieux une multitude de formes et de propos, issus des arts contemporains plastiques, visuels, écrits, joués ou parlés, voire bruts, populaires ou vernaculaires.

Aux500diables est une source de découvertes, propositions et invitations d’artistes-auteurs pour petits ou grands publics.

Aux500diables, c’est toute une histoire…

Profondément endormi depuis vingt-deux ans, aux500diables s’est soudainement réveillé au printemps 2020… grâce au Covid. Tout juste sortis d’un premier confinement historique, encore sous le choc et terrifiés à l’idée de passer un été promis à de désespérantes contraintes sanitaires, les artistes (aussi) sont moroses. Est alors lancée une invitation à imaginer des propositions artistiques aventureuses, légères, conviviales et responsables, un peu partout et de préférence en extérieur, avec les moyens du bord, en vue d’égayer cet été mal engagé. Accueil enthousiaste, c’est l’invitation que tout le monde attendait pour se prendre à rêver d’un été idéal. Et les propositions fusent. Rendez-vous sur une île, au bord d’une rivière, pour un tirage de cartes, jeu de piste chasse au trésor, protocoles libres, bivouac, jardinage, nuitée, performance, mise en boite de sculptures indésirables : une quarantaine de propositions sont lancées en quelques semaines aux quatre coins de la région ou depuis le Pérou… Des liens se nouent et des rencontres se font, de nouveaux réseaux s’échafaudent. Les invitations apparaissent les unes après les autres et se mettent à rythmer une saison estivale clôturée avec un bouquet d’une quarantaine d’affiches présentant chacune une proposition différente, éparpillées dans le réseau Tram de Bordeaux Métropole. Et puis la rentrée a reprit ses droits, la crise sanitaire aussi, et chacun est reparti à ses urgences et ses inquiétudes. Mais l’envie est restée de repartir ensemble pour de nouvelles aventures, aux cinq cent diables.